Actualités
18nov2020
Réseau

Rencontre avec Alain SCHMITT, Directeur général de l'ANCV

Vous occupez les fonctions de directeur général de l’ANCV depuis le 1er juin 2020. Pouvez-vous vous présenter ?

C’est pour moi un honneur et un plaisir d’avoir été nommé directeur général de l’ANCV, établissement public de l’Etat chargé d’une mission de service public très noble, le départ en vacances du plus grand nombre. Cette mission résonne tout particulièrement avec mon engagement au sein de la fonction publique de l’Etat, où j’ai exercé la plus grande partie de ma carrière, au service des politiques publiques de compétitivité et de développement des entreprises, ainsi que des politiques publiques de protection de l’environnement.

Vacances Ouvertes est partenaire de l’ANCV depuis de nombreuses années. Comment qualifieriez-vous cette relation ?

C’est un partenariat structurant, qui fait profondément sens dans la recherche de l’intérêt général. Pour mener à bien sa mission, l’ANCV a développé une gamme de services et d’aides. Parmi ceux-ci, les aides à la personne, qui permettent de soutenir chaque année le départ en vacances de 280 000 de nos concitoyens les plus fragiles : familles en situation de précarité, seniors, jeunes des quartiers de la politique de la ville, personnes en situation de handicap… Ces aides sont mises en œuvre en partenariat avec des acteurs qui connaissent et qui accompagnent les bénéficiaires au plus près du terrain. Vacances Ouvertes est un pilier parmi ces acteurs et un partenaire historique. Notre engagement conjoint permet d’accompagner 15 000 personnes chaque année.

Vous avez évoqué l’action sociale, mais les missions de l’Agence sont bien plus larges.

Effectivement, l’ANCV, c’est aussi le Chèque-Vacances, titre de paiement social préféré des Français, qui permet de payer les dépenses liées aux vacances et aux loisirs, et qui bénéficie chaque année à 4,6 millions de salariés et de travailleurs indépendants, 11 millions de personnes en comptant leurs familles. Il est attribué par les comités sociaux et économiques des entreprises et les employeurs selon un critère social : les salariés dont la rémunération est la plus basse reçoivent le plus de Chèques-Vacances.

Dans un contexte marqué par la crise sanitaire et de ses conséquences économiques et sociales, les vacances estivales 2020 ont été très particulières et l’ANCV fortement mobilisée. Quel regard portez-vous sur cette période ?

L’ANCV a résolument poursuivi son action aux côtés de ses partenaires, en revalorisant les taux d’aide à la personne pour les rendre plus incitatifs dans un contexte où le départ en vacances est rendu plus difficile, notamment pour les plus fragiles. Elle a développé des initiatives innovantes pour répondre à des besoins nouveaux apparus à l’occasion du confinement : départ en vacances des femmes victimes de violences et de leur famille, sorties de proximité des seniors en EHPAD… Elle a noué, pour le compte de l’Etat, un partenariat inédit avec les Régions, le « Chèques-Vacances Eté 2020 », destiné à aider le départ en vacances des familles modestes et des familles des travailleurs en première et en seconde ligne lors du confinement, et l’a cofinancé à parité avec les Régions volontaires pour un montant de plus de 20 millions d’euros. Ses équipes sont demeurées particulièrement mobilisées dans la crise. C’est pour moi une source de grande fierté.

Si l’on se tourne vers l’avenir, comment envisagez-vous le tourisme de demain, et quelle place pour l’accompagnement au départ ?

Les vacances sont et resteront essentielles. Pourquoi ? Parce qu’elles sont un facteur puissant de bien-être personnel et de cohésion sociale : un moment de répit, d’évasion et de ressourcement ; une opportunité de découverte et d’acquisition de savoir-être et de compétences, pour ceux qui ne quittent jamais leur environnement ; un facteur de lien social, d’intégration sociale, voire de construction de la citoyenneté, pour les plus fragiles d’entre nous. L’accompagnement des personnes fragiles dans ce domaine garde son sens plus que jamais.

Au-delà, le Chèque-Vacances est un outil puissant pour orienter ses bénéficiaires vers les modes de consommation du tourisme et des loisirs durables et respectueux des territoires, avec un maillage dense de 110 000 professionnels du tourisme et des loisirs, représentant 130 000 points de contact, dans les domaines de l’hébergement, du transport, de la restauration, des loisirs sportifs, et de l’art, de la culture et de la découverte.

Enfin, quels sont, selon vous, les grands enjeux auxquels devra répondre l’Agence dans les mois et années à venir ?

L’enjeu majeur pour l’ANCV, c’est le digital, dont la pénétration dans les usages est fortement accélérée par la crise que nous traversons. L’ANCV déploiera en 2021 le Chèque-Vacances Connect, solution entièrement dématérialisée, par application mobile, utilisable dans toutes les situations de paiement. Il permettra aux bénéficiaires, facilement et en tout lieu, d’accéder à leur compte et de consulter le réseau des professionnels du tourisme et des loisirs qui l’acceptent, et aux professionnels d’encaisser les paiements sans contact et d’obtenir leur remboursement rapidement et automatiquement. C’est aussi une solution plus protectrice de l’environnement.

Plus fondamentalement, dans cette période difficile, qui met à l’épreuve notre solidarité, notre progrès technique, notre économie, l’ANCV est et restera présente dans l’accomplissement de sa mission de service public.

 

 

 

 

 

Publié le lun 23/11/2020 - 09:14
Alain SCHMITT